Rechercher

La créativité a t-elle besoin d’audace ?

Mis à jour : juin 6


Je pense que oui. Voilà. Bonne journée !!!:D A bientôt...ah ah ......je blague !


Plus sérieusement, j’ai eu envie de partager avec vous mes questionnements et mes doutes d’artiste qui me font avancer dans ma manière de peindre. Je me dis que mes réflexions peuvent redonner de l’envie et du courage à un autre artiste et booster la créativité de chacun-e-s.Alors je partage avec vous mes pensées et vous me direz si cela vous a aidé :)


La créativité se trouve dans l’innovation, la contrainte et la surprise. Se retrouve-t-elle dans les effets de l’audace ? A-t-elle besoin d’audace ?


Commençons par quelques questionnements dans le sujet de l’artiste lui-même. Si je, l’artiste, maîtrise parfaitement une technique depuis des années qu’est ce qui me dit que mon Art est créatif ? Et est ce que je ne m’ennuie pas en mon savoir-faire ? Est ce que mon Art me procure toujours le même plaisir qu’au moment originel de ma propre naissance d’artiste ? Et d’une manière sociale, est ce que je ne réponds pas à ce que l’on attend de moi dans mon style instauré depuis toujours ? Mais est ce les autres qui définissent la raison de votre existence ? Pourquoi ai-je peur d’aller explorer de nouvelles voies d’inspiration ?


Ouh la la, ça fait beaucoup de question pour un acte qui se veut créatif et évoluant en dehors de toutes analyses et contrôles ! Mais creusons…j’ai envie d’aller plus loin:)


Je répondrai ceci...


La bonne nouvelle est que nous évoluons à chaque secondes en tant qu’individu et en tant qu’artiste et qu’il est naturel que notre Art suive le mouvement. Il arrive que nous avons cette énergie du changement, d’aller explorer de nouvelle voie, mais l’auto-sabotage débarque et nous empli de doutes et hop ! Nous perdons confiance. On se demande : « les autres vont-ils suivre mon virage créatif? Mon Art sera-t-il toujours apprécié ? Est ce que je vais vendre ? » Et oui ! Qu’est ce qu’un artiste sans le regard de l’autre ? Elle est intéressante cette question. Nous avons souvent en tant qu’artiste, (la plus part, je ne généraliserai pas:))) mis notre talent/savoir-faire en œuvre et en avant pour être aimé-e-s, considérant alors que nous pouvons être apprécié-e-s des autres que par la qualité de notre Art, or, nous n’avons besoin de rien faire pour être aimé-e-s (Une phrase de ma psy que je remercie, ces mots ont changé ma vie!). Créer serait avant tout un acte d’amour pour soi, pour moi il l’est. Nous devons, tous créateurs que nous sommes, aller chercher des pépites d’or en nous pour le plaisir d’être dans la vie qui nous inspire. Puis et à des fins de partage non-égotique si possible, nous serons amenés à offrir la vision de notre monde intérieur à d’autres personnes qui apprécieront ou pas cet univers unique. Si l’artiste n’existe qu’en dehors de lui même pour les autres alors il ne fait pas d’Art avec son cœur. Il doit exister pour lui dans la représentation de ce qu’il est et fait par le filtre de son regard et de sa considération pour lui-même. Nos réalités sont toutes différentes. Une amie bio-énergéticienne me disait très justement ceci « si cela vient du cœur alors c’est juste ». C’est valable pour tout. Ces mots là « C’est juste » (Je l’entend me les dire) détruisent les limites de nos fausses croyances. Je la remercie pour le partage de sa science et de son amitié qui m’aide à avancer en tant que femme inspirée.


Ma vision : l’artiste est traversé d’une inspiration qu’il manifeste dans la matière, non dans la finalité d’être aimé et adulé des autres, (même si elle contribue à renforcer l’estime des autres forcément) ou riche ou célèbre mais bien pour répondre à cet appel intérieur qui le pousse à créer. Cet Art venant du cœur a de grandes chances de « toucher les autres » car l’émotion est alors intégrée à l’objet d’Art et celle-ci est communicative. De plus, si inspiration il y a, il est bon selon moi de respecter cette énergie qui nous est « justement » donné au moment précis de notre évolution personnelle pour s’élever dans la sagesse de l’expérience et guérir aussi. Je pense que l’inspiration est un message pour l’âme. En Art-thérapie moderne, celle dont j’ai été formée, il n’y avait pas de place pour cette fameuse inspiration qui vous tombe dessus et vous pousse à cette envie irrépressible d’entrer dans l’acte créatif, vous savez celle qui vous réveille la nuit ? Celle qui vous surprend dès le matin ? Celle qui est d’une telle limpidité et d’une telle clarté qu’elle vous envahit d’envie de faire ? Je pense qu’il y a bien plus qu’un simple élan où une motivation éprouvée, cela se situe plus comme l’idée de l’appel pour moi. Tout comme l’intuition. Une petite voix….Je referme cette petite parenthèse.


Pour moi, la peur est un frein à la créativité, c’est cette peur du jugement des autres dont il est question dans le manque d’audace (Je reviens au titre de cet article ah ah!). La peur est diamétralement opposée à l’amour et à la joie. Ces énergies positives qui sont le témoignage d’une en-vie, d’un feu intérieur flamboyant ne peuvent évoluer dans l’égo. La peur ne permet pas l’audace. Elle ne permet pas la créativité d'évoluer non plus. Bien au contraire, elle l’inhibe. Lâché prise sur le résultat esthétique, financier ou affectif demande de l’audace dans mon raisonnement. C’est foncé avec des « On verra bien, je fais confiance, je me réinvente, j’innove » L’artiste audacieux se plongera alors dans l’activité artistique qui le pousse à « être » en pleine conscience. Il écoutera sa petite voix intérieure , son intuition qui résonnera comme un appel en lui (Le revoilà:) ). Cette voix guide alors à « être » en-vie et en juste voie pour éprouver le plaisir d’exister. Cela semble facile comme ça, mais lorsque il y a une blessure d’amour propre, il n’est pas simple de s’en remettre qu’à soi. Pourtant la clef du Graal est là. Elle se trouve dans la confiance. Toujours la confiance, celle qui ne doute jamais. Est elle seulement humaine cette confiance en toutes choses ? Nous sommes des êtres humains passionnants et fluctuants dans nos énergies, un jour plein d’espoir, et le lendemain recroquevillé sur sa peur d’exister. La question de l’audace soulève la peur de l’échec et du rejet. On ne peut pas être parfait, ce que nous produisons ne peut pas l’être non plus. On ne peut pas être aimé-e-s de tous. Cet enfant intérieur (l’égo) qui demande à étancher sa soif d’amour a besoin que d’une chose... de vous en confiance. Mais même une petite confiance suffira:). Une confiance en la vie, en soi et en les autres... seraient au mieux que l’on puisse éprouver. La confiance procure ce sentiment de sécurité que nous avons tous besoin pour s’élever plus grand encore que nous sommes et rayonner de notre lumière. C’est de sécurité que notre enfant intérieur a besoin.


Mais comment renforcer la confiance, me demandez-vous ? En créant de l’audace ! En osant aller de l’avant, en osant l’échec et l’erreur, en se permettant de ne pas être performant pour une fois mais d’être parfaitement humain-e-s. C’est un acte d’amour que de s’autoriser l’aventure de l’audace, la créativité pure !... De mettre une touche de rouge alors que je ne peins que du bleu depuis toujours ! Vous riez j’en suis sûre, mais parfois la peur se cache dans un simple choix à faire. Nos sociétés, nos cultures et nos éducations nous demandent d’être les meilleur-e-s, d’être minces, riches...C’est de la peur que l’on nous injecte dans les veines, remettons y nos droits de naissance : le droit d’être libre pour vivre notre vie avec joie et amour. Il n’y a que cela de vrai pour moi. Nous sommes né-e-s pour être heureux. Nous faisons de notre mieux à chaque instant et l’Art permet d’avoir accès à cette joie de l’enfant qui s’amuse à être ce qu’il aime être. Alors osons ! Oui ! Oser c’est exprimer son identité, sa personnalité, cette essence de soi parfaitement unique, c’est exprimé ses faiblesses et ses forces...son humanité. Rebellons-nous des dépendances affectives qui nous clouent de peur de ne plus être conformes à l’étiquette sociale que l’on nous a donné. Cette peur, je l’appelle la peur d’exister et elle réside dans l ’ego.


Notre monde vous appartient, notre cœur aussi. Soyons le peintre de nos vies, le chanteur de nos émois, le danseur de notre propre battement de cœur. Qui pourrait juger le don de soi ? Ceux qui n’osent pas ?... Oui très certainement alors ne mettons plus d’énergie dans des peurs, elles sont imbéciles. Ayons l’audace de notre créativité, prouvons-nous que nous nous considérons avec respect et amour, montrons la voie aux autres pour qu’ils puissent rayonnés, inspirons-les !


Nous douterons, oui, mais nous apprendrons une fois de plus que nous sommes encore plus créatifs que nous ne le pensions. Puis à la finalité, prenons enfin du recul et félicitons-nous, nous avons eu l’audace, oui, nous y sommes arrivé-e-s. Nous avons vaincu nos peurs d’être rejeter, je suis, vous êtes, nous sommes aimé-e-s aujourd’hui et pour l’éternité.


Il y a dans l'audace artistique, un cadeau, un moyen de se surprendre et d'avancer dans la pratique de notre Art. Il m'est arrivé de me freiner devant une toile, de ne pas y aller franchement par peur "de rater" ou de "gâcher" ce que j'avais réussi selon moi à obtenir comme effet esthétique. Ce que je sais c'est qu'en peinture tout est "rattrapable" ou "ré-ajustable", et qu'il n'y a jamais d'erreurs. Je n'y vois qu'un moyen de se spécialiser en apprenant. J'ai toujours été très fière lorsque je dépassai mes peurs de l'échec et à la clef, l'émotion esthétique était là. L'effet de surprise d'oser dépasser des limites et un savoir faire sécurisant me permet de grandir et de guérir de mes peurs dues à mes croyances limitantes. Lorsque j'enseigne les Arts plastiques, je dis toujours, "n'oubliez pas de rater et de faire des erreurs", lesquelles deviendront des contraintes que la créativité pourra alors dépasser. L'ajustement d'une oeuvre demande des ressources créatives et elles demeurent dans les sentiments audacieux et de confiance. Aussi frustrant cela peut être au début, lorsque l'erreur apparaît comme un obstacle au bonheur d'une réalisation satisfaisante, un seul pas suffit pour franchir la ligne d'audace,et l'émotion esthétique est là. D'autres recommenceront en jetant l'ébauche, reprenant une toile ou une feuille vierge, or, c'est le cheminement qui est beau. C'est l'expérience vécue qui importe plus sur le résultat en lui même et c'est ce qui résume aussi nos quêtes de vies," je ne serai pas plus heureuse dans l'avenir en ayant atteint un but, non je suis déjà dans la réussite même lorsque je comprend que ma vie est un cadeau déjà existant au présent". Cultivons l'ici et maintenant.


Je vous félicite pour tout l’amour que vous vous accorderez à créer avec audace, de mon cœur à votre cœur.

N'hésitez pas à me partager vos victoires sur vos peurs dans la pratique de votre Art, nous avons toutes et tous besoin de vos récits d'expériences en partage pour avancer...


Merci pour votre lecture et vos commentaires.

Je vous dis à très bientôt pour un article au sujet de la pratique de la méditation en Art!


Une artiste aventurière !

Audrey Denis

20 vues
 

0698879389

©2018 by Audrey Denis. Proudly created with Wix.com